Le syndrome des « couilles bleues » : douleurs et frustrations sexuelles

Le syndrome des « couilles bleues » est une situation douloureuse qui peut survenir chez les hommes lorsqu’ils ne parviennent pas à éjaculer au sommet de leur excitation sexuelle. Ce phénomène est également connu sous le nom de « blue balls » en anglais, et les femmes peuvent également être touchées par une douleur similaire, que l’on appelle les « pink balls » ou « mur bleu ». Bien que très douloureux, ce mécanisme physiologique est généralement sans gravité et se dissipe dès lors que l’excitation retombe avec l’orgasme.

La physiologie du syndrome des « couilles bleues »

Le syndrome des « couilles bleues » est en fait un syndrome physiologique que les médecins appellent la « vasoconstriction ». Ce terme désigne un mécanisme physiologique correspondant à la diminution du calibre des vaisseaux sanguins par contraction de leurs cellules musculaires. Ce phénomène survient lorsqu’une tension sexuelle est prise au piège, et le sang afflue vers les organes génitaux lors de l’excitation, provoquant leur gonflement. Le pénis se durcit et le clitoris se gorge de sang, tandis que les testicules se gonflent et prennent une couleur bleutée.

La douleur des testicules bleus

Lorsque la tension sexuelle dure trop longtemps et n’est pas évacuée par l’orgasme, le sang peut s’accumuler et rester bloqué dans les testicules, provoquant une vive douleur, similaire à des crampes. La couleur bleue des testicules serait due à cette augmentation sanguine, qui finirait par exercer une pression douloureuse. On parle également d’hyper oxygénation au niveau des bourses et des testicules. Cependant, rassurez-vous, c’est un mécanisme physiologique assez rare et dans 95% des cas, les hommes ont un orgasme lors d’un rapport sexuel.

Voir aussi :  L'ECBU : Examen Cytobactériologique des Urines au Service de la Détection d'une Infection Urinaire

Comment éviter le syndrome des « couilles bleues » ?

Malheureusement, il n’y a pas de méthode pour prévenir le syndrome des « couilles bleues » à moins d’évacuer systématiquement sa tension sexuelle. Si les ébats durent longtemps, qu’un partenaire n’arrive peut-être pas à vous faire jouir, il est préférable de se soulager par ses propres moyens plutôt que de laisser cette tension devenir douloureuse. La masturbation est la meilleure façon d’éviter cet inconvénient. La masturbation mutuelle ou partagée peut également permettre à chacun de trouver son plaisir quand les tempos ne sont pas tout le temps coordonnés.

Comment faire passer les couilles bleues ?

L’unique façon de remédier à cette tension sexuelle est de l’évacuer en éjaculant. Masturbez-vous ou faîtes-vous jouir par n’importe quel moyen, mais évacuez cette tension en éjaculant. L’orgasme permettra d’évacuer toute la pression sanguine ainsi que la tension sexuelle accumulée dans le scrotum, vous soulageant ainsi de la douleur.

Le mystère douloureux des testicules bleus

Bien que le syndrome des « couilles bleues » soit rare, il peut parfois être confondu avec l’hypertension hyperdidymale, qui est un cas plus grave. L’hypertension hyperdidymale est également causée par une érection prolongée sans éjaculation pour libérer l’engin de sa raideur inébranlable. Ce phénomène entraîne une congestion temporaire des testicules qui prennent une couleur bleutée, similaire au syndrome des « couilles bleues ». Toutefois, l’hypertension hyperdidymale est une pathologie plus sérieuse, qui nécessite une intervention médicale.

L’hypertension hyperdidymale est peu décrite dans les revues scientifiques, car elle est rare. Seule une vieille étude datant de l’an 2000 a été publiée sur le sujet dans le « Pediatric Medical Journal », un magazine scientifique spécialisé dans les cas pédiatriques. Cette étude décrivait le cas d’un garçon de 14 ans s’étant présenté aux urgences avec une forte douleur aux testicules après un rapport sexuel sans éjaculation. Les médecins ne parvenaient pas à déterminer l’origine du problème du jeune homme.

Voir aussi :  Le condylome : tout ce qu'il faut savoir sur la verrue génitale

Si vous souffrez de douleurs aux testicules bleus, il est nécessaire de consulter un médecin pour déterminer la cause exacte de la douleur. Dans la plupart des cas, les douleurs des testicules bleus disparaissent d’elles-mêmes une fois que l’orgasme est atteint. Si la douleur persiste, il peut s’agir d’un problème plus grave, qui nécessite une intervention médicale.

En conclusion, le syndrome des « couilles bleues » est un phénomène physiologique rare, qui peut causer une douleur similaire à des crampes chez les hommes lorsqu’ils ne parviennent pas à éjaculer au sommet de leur excitation sexuelle. Bien que très douloureux, ce mécanisme physiologique est généralement sans gravité et se dissipe dès lors que l’excitation retombe avec l’orgasme. La masturbation est la meilleure façon d’éviter cet inconvénient, mais il est important de consulter un médecin si la douleur persiste. Enfin, rappelez-vous que l’orgasme ne vous aura peut-être jamais autant soulagé !