Comprendre la névralgie cervico-brachiale et ses conséquences sur le milieu professionnel

La névralgie cervico-brachiale est une pathologie fréquente en France, touchant de nombreux individus dans leur vie quotidienne et professionnelle. Elle se manifeste par des douleurs intenses et invalidantes au niveau du cou, des épaules et du bras, d’où son appellation courante : « sciatique du cou ». Dans cet article, nous examinerons les causes, les symptômes et les traitements de cette affection, ainsi que les implications pour ceux qui travaillent avec un(e) collègue souffrant de névralgie cervico-brachiale.

Causes et facteurs de risque de la névralgie cervico-brachiale

Cette affection neurologique est souvent causée par la compression des nerfs provenant de la colonne vertébrale cervicale, généralement en raison de :

  • Dégénérescence discale : l’usure naturelle des disques intervertébraux avec l’âge;
  • Hernie discale : déplacement anormal d’un disque intervertébral qui vient comprimer les racines nerveuses;
  • Arthrose cervicale : usure du cartilage et inflammation des articulations intervertébrales;
  • Traumatismes : accidents, chocs ou blessures au niveau du cou et de la colonne vertébrale;
  • Stress et mauvaises postures : maintien fréquent ou prolongé d’une position inadaptée au travail, notamment devant un écran d’ordinateur.

Les facteurs de risque incluent l’âge (plus courant chez les personnes âgées de 40 à 60 ans), le sexe féminin (les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes) et les antécédents familiaux de problèmes vertébraux.

Voir aussi :  Effets à long terme de la vape sur les poumons et la santé globale

Symptômes de la névralgie cervico-brachiale

La douleur causée par cette pathologie peut être vive, lancinante, brûlante, irradiant du cou jusqu’à la main. Elle s’accompagne souvent de :

  • Faiblesse musculaire : difficultés à effectuer certains mouvements avec le bras;
  • Engourdissements et picotements : sensations anormales ou diminution des sensations sur le trajet du nerf affecté;
  • Limitations de mobilité : raideur du cou et diminution de l’amplitude des mouvements au niveau du bras et de l’épaule.

Les symptômes peuvent être aggravés par certaines positions ou activités telles que l’utilisation prolongée de l’ordinateur, le soulèvement d’objets lourds ou le port de charges sur l’épaule.

Diagnostiquer une névralgie cervico-brachiale

Le diagnostic repose sur l’examen clinique effectué par un médecin, qui recherche des signes d’irritation ou de compression des nerfs cervicaux. Des examens complémentaires tels que la radiographie du rachis cervical, l’échographie, l’IRM ou l’électromyographie (EMG) peuvent être nécessaires pour confirmer le diagnostic et déterminer la cause exacte.

Traitement et prise en charge de ce trouble

Le traitement vise à soulager la douleur, réduire l’inflammation et prévenir les récidives :

  • Médicaments : antalgiques, anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), myorelaxants et corticoïdes;
  • Physiothérapie : massages, étirements, mobilisations, renforcement musculaire, électrothérapie et ultrasons;
  • Orthèses : collier cervical souple ou semi-rigide pour diminuer les sollicitations mécaniques sur la colonne vertébrale et les nerfs;
  • Infiltrations : injections de corticoïdes et d’anesthésiques locaux au niveau des racines nerveuses concernées;
  • Chirurgie : décompression des nerfs, ablation d’une hernie discale, arthroplastie (remplacement d’un disque dégénéré par une prothèse) ou arthrodèse (fusion de vertèbres adjacentes).

La prise en charge nécessite souvent une approche multidisciplinaire, incluant le médecin généraliste, le neurologue, l’orthopédiste, le kinésithérapeute et parfois le psychologue.

Voir aussi :  Tout ce que vous devez savoir sur la bilirubine

Impact sur l’environnement professionnel

Pour un(e) collègue souffrant de névralgie cervico-brachiale, il peut être difficile de maintenir son niveau de performance et de s’intégrer pleinement dans l’équipe, surtout si les symptômes sont sévères et persistants. Pourtant, des solutions peuvent être mises en place pour faciliter leur travail :

  • Aménagement du poste de travail : mise à disposition d’un siège ergonomique, réglage de la hauteur de la chaise et de l’écran, clavier et souris adaptés;
  • Pause régulières et exercices physiques : temps de repos permettant de soulager les douleurs et d’étirer les muscles, pratiquer des exercices de gymnastique douce;
  • Formations à la prévention des troubles musculosquelettiques (TMS) : enseignement de bonnes postures et gestes adaptés à chaque situation professionnelle;
  • Soutien de l’équipe et de la hiérarchie : compréhension et encouragement de la part des collègues, communication avec la hiérarchie pour adapter les missions et objectifs.

Répercussions pour les collaborateurs

Il est essentiel d’être attentif aux besoins spécifiques de vos collègues atteints de névralgie cervico-brachiale. En étant compréhensif et en offrant votre soutien, vous contribuez à créer un environnement professionnel inclusif et bienveillant pour tous.

En résumé, travailler avec une personne souffrant de névralgie cervico-brachiale nécessite une approche empathique et des ajustements au niveau du poste de travail, afin de permettre au salarié touché d’être intégré à l’équipe et de participer pleinement aux activités professionnelles.

Laisser un commentaire