Gérer le stress et la charge émotionnelle en tant qu’auxiliaire de vie : des astuces pour mieux vivre son quotidien

Travailler comme auxiliaire de vie auprès de personnes âgées ou dépendantes peut être source de stress et de fatigue, tant physique qu’émotionnelle. Il est donc essentiel d’apprendre à gérer ces facteurs pour mener une carrière épanouissante dans ce domaine. Voici quelques astuces pour appréhender au mieux le stress et la charge affective inhérents à cette profession.

 Prendre soin de soi avant tout

Pour être en capacité d’aider les autres, il faut être en bonne santé et bien se connaître. Pour éviter l’épuisement professionnel quand on est auxiliaire de vie, il faut adopter une bonne hygiène de vie :

  • Mangez équilibré et privilégiez les aliments qui donnent de l’énergie,
  • Faites régulièrement de l’exercice physique pour vous maintenir en forme,
  • Dormez suffisamment et faites des siestes si nécessaire,
  • Accordez-vous du temps pour vos passions et vos loisirs.

Il est crucial de prendre en compte ses besoins et de veiller à ne pas négliger sa propre santé pour pouvoir continuer à apporter un soutien efficace aux personnes dont on s’occupe.

La communication, clé de la gestion de la charge émotionnelle

Communiquer avec les personnes dont vous vous occupez ainsi qu’avec leur famille est essentiel pour déceler et gérer efficacement les émotions qui peuvent surgir dans votre quotidien d’auxiliaire de vie.

Voir aussi :  Combien coûte une auxiliaire de vie ?

Créer un lien de confiance avec la personne âgée

Un rapport de confiance mutuel permet non seulement une meilleure coopération de la part des personnes âgées, mais évite également l’accumulation de stress lié à des malentendus. Prenez le temps de discuter et d’échanger avec elles sur leurs besoins, leurs envies et leurs préoccupations légitimes.

Développer une communication bienveillante avec la famille

Les proches des personnes âgées jouent un rôle primordial dans la prise en charge affective et émotionnelle. Il est important de communiquer régulièrement avec eux et de les tenir informés de l’état de santé et du ressenti de la personne dont vous vous occupez. En ayant une relation transparente et bienveillante, vous minimisez le risque de tensions et par conséquent la charge émotionnelle liée à celles-ci.

Apprendre à gérer son temps et ses priorités

Le métier d’auxiliaire de vie demande une grande polyvalence, ce qui peut générer du stress face à la diversité des tâches à accomplir et des situations à gérer. Pour prévenir cela :

  • Organisez-vous en planifiant vos journées vàànce,
  • Fixez-vous des objectifs réalisables et simples à atteindre,
  • N’ayez pas peur de déléguer certaines tâches si cela est possible,
  • Sachez dire non lorsque vous sentez que vous êtes surchargé(e).

En apprenant à gérer votre temps et vos priorités, vous pourrez ainsi vous concentrer pleinement sur les aspects fondamentaux de votre travail et, par conséquent, être plus performant(e) dans la prise en charge des personnes dont vous avez la responsabilité.

Développer sa résilience face aux situations difficiles

Être quotidiennement confronté(e) à la maladie, la dépendance ou encore à la fin de vie peut avoir un impact psychologique significatif. Développer sa capacité de résilience permet alors de mieux faire face aux situations difficiles :

  • Faites preuve d’empathie en vous mettant à la place de la personne âgée, mais gardez une certaine distance émotionnelle pour ne pas vous laisser submerger par ses problèmes,
  • Apprenez à relativiser en replaçant les situations dans leur contexte global et en faisant preuve d’optimisme, si cela est approprié,
  • Rappelez-vous toujours la raison pour laquelle vous avez choisi ce métier et les motivations qui vous animent au quotidien,
  • N’hésitez pas à parler de vos difficultés avec vos collègues ou supérieurs hiérarchiques, ils peuvent vous apporter soutien et conseils.
Voir aussi :  Après un diagnostic d'Alzheimer, quelle est l'espérance de vie moyenne ?

Se former régulièrement pour acquérir de nouvelles compétences

Comme dans tout domaine professionnel, la formation continue est un atout pour gérer le stress et la charge émotionnelle. Les formations apportent :

  • Des connaissances théoriques sur les maladies, les techniques de soins, etc.,
  • Des compétences pratiques pour mieux prendre en charge les personnes âgées,
  • Une meilleure compréhension des enjeux et défis du métier d’auxiliaire de vie,
  • Un réseau de collègues et de professionnels qui peuvent constituer un soutien moral et technique quand vous êtes confronté(e) à des situations complexes.

Gérer son stress et sa charge émotionnelle en tant qu’auxiliaire de vie passe par diverses étapes : être à l’écoute de ses besoins, communiquer efficacement, gérer son temps, développer sa résilience et se former régulièrement. Appliquées au quotidien, ces astuces permettront de préserver votre santé et votre bien-être, pour mener une carrière épanouissante au service des personnes âgées.